Jonathan Hoy et le perroquet Cerise regardent des canaris jaunes, roses, et multicolores. Photo Jean-François KELLER

Depuis son enfance, Jonathan Hoy s’entoure d’oiseaux. Son père lui a transmis sa passion pour l’élevage de canaris, perroquets, perruches et surtout tarins. Il participe ce week-end au Salon de l’oiseau à Stiring.

Le Salon de l’oiseau se déroule ce week-end au Cosec du collège Nicolas Untersteller. Cette expo vente, organisée de main de maître par l’Amicale des éleveurs de canaris de Stiring-Wendel et environs, (qui en est déjà à sa 56e édition), attire toujours du monde. Grâce à l’investissement d’une trentaine de membres, tous des exposants. Parmi eux Jonathan Hoy, 29 ans de Spicheren. Un passionné de tarins, ce sont en quelque sorte des chardonnerets, des petits oiseaux issus d’Amérique du Su d » dit-il en montrant quelques-uns, au plumage coloré, du jaune, du vert et du brin, piaffant dans leur volière « J’ai une préférence pour cette espèce. Regardez comme ils sont mignons. La passion pour les tarins, c’est mon père Denis qui me l’a refilée. Lui en élève depuis un bail. Il m’a tout appris. »

Une grande passion

Jonathan est un éleveur hors pair. Parlez-lui de canaris, de perroquets, de perruches et vous serez servis en explications, en détail sur les différentes espèces. Ses volières hébergent des canaris roses, rouges, des verdiers sorte de passereaux sauvages d’Amérique du Sud) des perruches multicolores, petites et grandes, des calopsittes, avec des crêtes, faisant partie de la famille des cacaotes « Elles sont très sociables, se rapprochent facilement de l’homme. » J onathan sort d’une volière deux perroquets, un « amazone » une femelle avec des plumes soyeuses de couleur verte, jaune, bleue, un peu de rouge. « Cajou », 3 mois, taille 35 cm, fait des câlins. Quand elle sera adulte, elle parler a » raconte Jonathan, « cela se fera naturellement, mais avec beaucoup de patience. » Mêmes explications pour « Cerise », un perroquet eclectus, au plumage rouge, bleu, violet. également une femelle plus dominante que le mâle, c’est ce qui la caractérise.

Un engagement

Jonathan insiste sur le fait qu’« élever un perroquet, c’est beaucoup de travail. Il faut s’en occuper deux à trois heures par jour, le nourrir par seringue à la main quand il est jeune, puis lui donner des graines de maïs, des fruits, des légumes, bref des vitamines. Important à savoir avant d’en acheter un, en plus c’est un oiseau bruyant. Il peut parler, siffler, c’est un grand imitateur. »

Tout sur l’élevage

Jonathan est intarissable sur l’élevage des oiseaux, les soins l’hygiène. Quels que soient les domaines, il est de bon conseil. Ce samedi et dimanche, cet homme présentera quelques-uns de ses oiseaux et renseignera le public. Il est ravi de partager son savoir, Lui qui a la chance d’avoir fait de sa passion, son métier. Jonathan tient le magasin Oisellerie Poids Plum, Place Ste-Marthe à Stiring-Wendel. En relation avec des éleveurs en Europe notamment l’Angleterre et l’Espagne) il continue à se spécialiser. « Je suis très exigeant, je veux être au top pour janvier 2011, car je participerai à Tours au championnat du monde en élevage de tarins. » Voilà qui est clair. Cela implique beaucoup de temps et de patience. « Mais quand on aime on ne compte pas. C’est du bonheur.

Le Salon de l’oiseau a lieu ce samedi et ce dimanche au Cosec du collège Nicolas-Untersteller. Accueil du public de 9 h à 18h.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *