Pour la deuxième fois en dix ans, l’Amicale des éleveurs de canaris de Stiring-Wendel a organisé le National d’élevage du canari de posture. Pour ce championnat de France, 1 050 oiseaux de toute la France sont rassemblés au Cosec, et sont visibles ce dimanche encore.

On n’a pas souvent l’occasion de voir des piafs de si près  », glisse un visiteur, en admirant les centaines de beautés rassemblées ce week-end au Cosec de Stiring-Wendel. L’Amicale des éleveurs de canaris de Stiring-Wendel organise ces samedi et dimanche sa traditionnelle exposition d’oiseaux. Mais cette année, la manifestation prend une ampleur considérable. «  Nous accueillons aussi le National d’élevage du canari de posture  », s’enthousiasme Pascal Dalhem, le président.

Soit 1 050 oiseaux, venus d’un peu partout en France. «  Ils sont arrivés mercredi, et ont été départagés jeudi par douze juges internationaux : Français, Belges et Allemands  », continue le responsable. La dernière fois que le club local organisait ce championnat de France, c’était en 2007.

La 3e place pour Pascal Dalhem

Les canaris de posture ont été jugés selon leur forme, leur position et leur maintien, suivant un cahier des charges bien précis. Et ça s’est joué de peu dans le trio de tête du classement général. François Gerardin, le président du Club technique de posture française, a raflé la première place à un point seulement d’Alain Hamann, de Loupershouse. Même scénario pour le troisième : le président du club organisateur, Pascal Dalhem, se hisse sur la troisième marche du podium, à un point également du n° 2.

Une fierté pour les Stiringeois, qui ont travaillé d’arrache-pied pour ce concours de beauté. «  C’est une belle vitrine pour nous. D’autant que nous recevons des éleveurs de Lyon ou encore de Toulon. Donc cela montre l’importance de cette manifestation !  », se réjouit Pascal Dalhem. Tous ces champions peuvent être admirés ce week-end. «  Nous organisons aussi une bourse avec 450 oiseaux en vente.  »

De grands enfants aussi

Une vingtaine de bénévoles sont mobilisés ce week-end. «  Nous avons aussi un coup de main du club de Freyming-Merlebach. Car le travail est phénoménal !  », insiste le président. À commencer par la volière géante dans laquelle des perruches peuvent évoluer en toute liberté. Et lorsqu’une perruche calopsitte se pose sur la main de Liam, les autres enfants sont tout naturellement attirés. L’oiseau passe ainsi de bras en bras, et déploie son plumage avec fierté.

«  J’adore les oiseaux , s’extasie Lola en portant la perruche sur sa main. Mais j’ai déjà un chien et un chat.  » La fillette repartira sans oiseau, mais la tête pleine de beaux souvenirs. Comme des dizaines d’autres enfants, pour qui cette exposition est toujours un moment unique. «  Mais il y a aussi de grands enfants  », souffle un passionné, en se baladant dans les allées.

L’an passé, l’exposition avait attiré 1 500 visiteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *